0
Votre panier est vide

Les miracles du Magnétisme : un bouton « stop » contre la douleur ?

Les promesses de guérison rapide et de soulagement de la douleur par le magnétisme sont énormes. Ceci paraît difficile à croire pour de nombreuses personnes, et c’est souvent ce qui crée autant de méfiance envers nous, magnétiseurs, et pousse certains à nous considérer comme des charlatans.

Dans cet essai, nous désignerons par l’expression « malade » toute personne amenée à nous consulter, que ce soit pour une pathologie physique, psychologique, et quelle qu’en soit l’ampleur et la gravité.

 
En termes de guérison et de gestion de la douleur, avec ou sans recours au magnétisme (ou autres médecines douces), il faut déjà savoir que nous sommes tous différents. Notre guérison va être influencée bien évidement par le traitement mis en place (médicaments, thérapie par la parole, magnétisme, plantes,…) mais aussi par tout un tas d’autres facteurs extérieurs : alimentation, stress, croyance que l’on peut s’en sortir, état de santé préalable à la maladie, etc.

Nous autres magnétiseurs pensons aussi pour la plupart qu’à tout cela s’ajoute un facteur karmique, à savoir la possibilité absolue de guérir ou non sur le chemin de vie d’une personne. Bien heureusement, la plupart du temps, la réponse est oui, mais pas sous n’importe quelles conditions. Le malade devra passer par un certains nombre d’étapes pour aller mieux. A ma connaissance il y a là deux aspects primordiaux : comprendre des leçons de vie ; changer de mode de vie et/ou de pensée. C’est pour cela que l’on constate souvent des guérisons « miraculeuses » grâce aux thérapies alternatives, pour des malades qui étaient considérés comme absolument incurables par la médecine conventionnelle : cancers très avancés, hémi-tétraplégie, etc. Le miracle ne vient pas du fait que l’on ait été « touché par la main de dieu » (ou que l’on ait sauté dans une source sacrée à Lourdes, ou autre), mais du fait que l’on ait vécu certains déclics qui nous amènent à la guérison, même si l’intervention de Dieu, pour ceux qui y croient, aide considérablement pour « percuter » 😉

En ce qui concerne la guérison et le soulagement de la douleur avec le magnétisme, le spectre des résultats est assez étendu.
Tous les résultats présentés dans cet essai sont des cas concrets. Ils correspondent à des cas que j’ai moi-même été amenée à traiter, ou à des cas traités par des confrères/consœurs et vérifiés.
 
 

Cas numéro 1 : Le malade guérit immédiatement pendant le soin ou à la fin du soin avec des résultats durables.

Par exemple : je viens pour un mal de dos, une crise de stress, une constipation et je suis instantanément soulagé(e).
 
 

Cas numéro 2 : Le malade guérit immédiatement et durablement quelques heures ou jours après la séance.

L’énergie met du temps à être assimilée par le corps, tout comme un médicament, et les effets se ressentent en léger décalage.
 
 

Cas numéro 3 : Le malade constate une amélioration rapide et notable (ou totale) de son état, mais non durable dans le temps OU avec des fluctuations dans son efficacité.

Par exemple : je viens pour un mal au dos ou un alcoolisme, je suis soulagé(e), mais cela revient quelques semaines ou mois plus tard. Ou bien : je viens pour des migraines, j’en ai toujours après la séance de magnétisme, mais elles sont plus espacées dans le temps.

Il est à noter que souvent, les symptômes sont atténués quand ils reviennent : j’ai de nouveau mal au dos, mais moins fort, ou avec des fluctuations et des périodes de soulagement, même de quelques minutes. J’ai de nouveau envie de boire, mais plus pendant les repas, uniquement dans le contexte des apéros entre copains. Le succès, même temporaire, est en soi une victoire, vous ne trouvez pas ? Si vous buvez toujours mais 1 verre par jour au lieu de 10, il y a des chances pour que votre foie, votre système immunitaire, votre état de fatigue générale et votre culpabilité se portent mieux ! Si vous avez une migraine par mois au lieu de 2, votre corps est plus résistant, vous manquez moins le travail, du coup vous avez plus le moral…

Bref, mes clients et moi pensons que ces améliorations même partielles valident l’efficacité du traitement par le magnétisme. Le retour des symptômes n’est pas un échec. C’est simplement le signal qu’un travail plus profond doit être effectué.
 
 

Cas numéro 4 : Le malade guérit quelques jours plus tard, de troubles pour lesquels il n’avait pas consulté (et parfois dont il n’avait même pas parlé dans l’entretien précédent le soin) 

C’est la petite cerise sur le gâteau, et je l’ai expérimentée plusieurs fois avec plusieurs collègues magnétiseurs. C’est ainsi que j’ai pu soigner quasi immédiatement mes réveils nocturnes pour aller faire pipi et mes grignotages compulsifs de chips (c’était une véritable addiction pour moi !). Ce qui m’a littéralement clouée avec ces deux situations, c’était que mes praticiens n’avaient aucune connaissance du problème. De plus, en débriefant avec eux par la suite, ils m’ont confirmé ne pas avoir eu l’intuition de ces désagréments (souvent, le magnétiseur, peut sentir un blocage ou une maladie non évoqués en entretien).

C’est important, parce que cela confirme que le magnétisme soigne certes les symptômes, mais surtout les causes du mal, avec des effets vertueux dépassant souvent l’attente de la personne qui vient nous consulter.

Le petit bémol, c’est qu’on ne se rend pas toujours compte de ces améliorations ! Je pense que notre cerveau humain nous pousse à considérer comme normal tout état de non souffrance ou non douleur. Ainsi, quand une souffrance est apaisée, on ne s’en tend même pas compte ! Cela est vrai surtout quand il s’agit dune chose dont on n’a pas conscience (je croyais qu’il était normal de se lever toutes les nuits, plusieurs fois par nuit pour uriner) et qu’on ne sait pas que le praticien a travaillé dessus. Comment pouvais-je constater une amélioration/disparition de mes réveils nocturnes sans savoir que c’était un problème, qui plus est soignable ?!

Paradoxalement, les résultats de ces cas de figure sont très efficaces puisqu’on est typiquement dans l’état d’esprit du lâcher prise 😉 c’est généralement en questionnant le malade (auto-questionnement, ou encore par l’entourage ou le praticien en séance de suivi) que l’on se rend compte de ces petites cerises sur le gâteau : « ah oui, maintenant que vous le dites, je suis venue vous consulter pour mes blocages psychologiques, mais bizarrement je n’ai plus du tout mal à la gorge alors que ça durait depuis des années. C’était tellement ancré que j’avais oublié de vous le dire avant de commencer !  » (témoignage de ma cliente S. De Miami).

En ce qui me concerne, (pipis nocturnes et addiction aux chips), ces maux reviennent parfois, avec une intensité moindre, surtout dans les périodes d’anxiété. Comme je le disais, le Magnétisme traite avant tout la cause, plus que le symptôme. Depuis mes débuts dans le Magnétisme et avec la méditation, mon niveau de stress et d’anxiété (je devrais aussi dire d’angoisse) a radicalement diminué. Dans certaines situations anxiogènes, il est normal qu’il revienne avec son cortège de bobos et de comportements compulsifs/addictifs. Avec un peu de recul et une petite séance de Magnétisme, on constate une amélioration au bout de quelques jours.
 
 

Cas numéro 5 : Le malade ne ressent pas d’amélioration notable de son état, mais la séance lui a procuré des sensations de plaisir et de bien-être profond.

Je pense ici à deux clients.

L’un d’eux avait besoin d’aide avec une multi-addiction (tabac, stupéfiants, alcool, + ancienne addiction aux anxiolytiques, soignée mais avec peur de rechuter). L’autre souffrait d’un cancer avancé diagnostiqué très tard, avec des douleurs liées à la maladie, les effets secondaires des traitements (chimio + radiothérapie), et des conséquences psychologiques de peur et d’anxiété très lourdes.

Ces deux personnes (comme beaucoup d’autres clients aux pathologies moins lourdes) m’ont parlé après notre séance d’une sensation d’être « vidé(et) », avec une « bonne » fatigue qui est en fait un état de relaxation intense. Certes, mon copain « Magnétisme » n’a pas pu guérir l’addiction présente depuis plus de 15 ans, ni le cancer de stade 3 en une heure 😉 Mais pour ces personnes en souffrance physique et psychique quasi permanente, une seule heure de répit, pour décrocher de la douleur, c’était énorme !

Nous n’avons pas eu de rémission immédiate donc, mais des améliorations sur : le moral,  le niveau de stress et donc la réduction/espacement de la douleur, l’espoir d’aller mieux, la prise de recul, la production d’endorphines pour aider le sommeil et le système immunitaire. En une seule séance. Sans dépendance ni effet secondaire. Imaginez ce qu’il se passera en vous quand vous commencerez à faire des méditations énergétiques quotidiennes ! 🙂
 
 

Cas numéro 6 : le plus difficile à évaluer car on possède généralement pas ou peu de retour : le malade ne ressent rien pendant la séance et ne constate pas d’amélioration de son état.

En ce qui concerne l’absence de sensations pendant la séance, il s’agit d’un problème de sensibilité au Magnétisme : la personne ne sent rien ou très peu. Ceci n’a rien à voir avec le fait qu’il se passe quelque chose, ni avec avec l’efficacité du traitement (personnellement je n’ai pas senti grand chose lors de ma séance de Magnétisme).

Quand un malade dit qu’il a vu un praticien alternatif et que « ça ne m’a rien fait, [florilège d’insultes]« , plusieurs choses ont pu se passer :

  1. Le malade n’était pas réceptif : il ne croyait pas qu’il pouvait aller mieux, ou inconsciemment il ne voulait pas aller mieux (pour attirer la sympathie et l’attention de ses proches par exemple).
  2. Le malade ne saisit plus les nuances de douleur (physique et morale) car il a trop mal, depuis trop longtemps. Ou alors, il n’est pas assez à l’écoute de son corps et de lui même : il n’écoute que la douleur qui lui fait perdre toute objectivité. C’est humain et malheureusement très frequent.  Le malade ne parvient plus à déceler une amélioration d’1%, 5%,10%, ce n’est pas assez notable, il veut un bouton STOP contre la douleur.
  3. Le praticien n’a pas pu canaliser assez d’énergie, l’énergie canalisée n’était pas adaptée, ou le « courant n’est pas passé » entre les deux. Même dans la médecine conventionnelle, on a déjà constaté des cas de malades ne pouvant pas encadrer leur docteur et en changer. Avec un traitement équivalent et un médecin sympa, les résultats sont enfin au rendez vous ! Quand on vous parle du pouvoir du « feeling » et de la psychologie…
  4. La pathologie est très lourde et/ou ancrée depuis trop longtemps, et le praticien n’a pu que gratter la surface : le malade pourrait avoir des résultats plus notables en continuant les séances, mais ne le fera peut-être pas par scepticisme, ce qui est compréhensible.

Le plus souvent, des changements très subtils ont lieu pendant la séance.

Il ne peut pas RIEN se passer pendant une séance de magnétisme (ou si le praticien sent que rien ne passe, ça arrive, il interrompra la séance et ne vous fera pas payer).

Il se passe forcément quelque chose, mais quoi ?

Si vous avez eu un « échec » après une séance de magnétisme, observez quand même votre état et votre comportement dans les jours / semaine qui suivent : évaluez-vous quotidiennement (ou plusieurs fois par jour) sur une échelle de 1 à 10. Soyez précis. N’y a-t-il vraiment aucune variation depuis votre séance :

  1. Observez vos comportements face à la maladie : parlez-vous moins de votre maladie négativement et à tout va ? Ou au contraire, avez vous réussi à verbaliser différemment, auprès d’autres personnes (se décider à lever le secret auprès d’un proche, ou à enfin consulter un psy)?
  2. Avez-vous observé des changements dans la vie de tous les jours : une ou plusieurs de vos relations ont-elles changé, même de façon infime ? Votre rapport à l’argent a-t-il changé ? Votre rapport au travail a-t-il évolué (prendre les choses moins à cœur, réussir à vous détacher de l’avis de vos collègues, de la peur de votre boss,….) ; devenir subitement motivé pour un job qui ne vous intéressait pas ou plus.
  3. Même si la maladie n’est jamais un moment agréable de votre vie, avez-vous réalisé des points positifs depuis le début de votre maladie (= des leçons de vie) : ce que vous avez appris ou compris sur vous ; votre capacité à dépasser vos limites ; votre capacité à écouter votre corps ; l’instauration de nouvelles habitudes de vie plus saines (alimentation, sport, travail,…)

Ce ne sont que des pistes de questionnements, il y en a bien sûr plein d’autres, alors restez ouvert(e) et écoutez votre intuition. Je serais très étonnée que vous répondiez « non » à toutes ces questions. Si vous répondez oui à certaines questions, vous pourrez bien sûr attribuer le changement/succès à autre chose que la séance de magnétisme (« je l’ai fait tout seul » ou « j’ai fait une autre rencontre qui m’a beaucoup plus aidé« ). Ce n’est pas un mal du tout, même si j’aime à penser que rien n’arrive par hasard, que toute action et rencontre suscite des conséquences, et que je sais que le magnétisme peut provoquer des déblocages de manières insoupçonnées ! (Mais ce n’est que mon avis !)

Par contre, ce que j’aimerais beaucoup pour vous, et pour votre guérison, c’est que vous preniez conscience des petites victoires, parce qu’elles vous aident à avancer sur votre chemin de guérison. Ne pas s’en rendre compte, c’est avoir l’impression qu’on va de plus en plus mal. Et ça c’est très dommage, parce que c’est parfois faux.

Il faut noter que les résultats sont influencés certes par l’expérience et la qualité du « don » de guérisseur, mais ce n’est pas le seul facteur. On a constaté des guérisons spectaculaires avec des magnétiseurs débutants. Le facteur primordial pour la guérison est le degré de réceptivité du malade et sa capacité à lâcher prise ; autrement dit, c’est à dire le fait qu’il veuille guérir et pense le pouvoir, sans être obsédé par la guérison. C’est certes un équilibre souvent difficile à trouver !

J’espère que cet essai vous aura aidé à y voir plus clair sur les possibilités du Magnétisme. N’hésitez pas à partager vos réflexions avec moi dans les commentaires ci-dessous !

 

 

Photo de couverture : Will van Wingerden sur Unsplash

Rédigé par : Nina Marini

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.